• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Température et humeur

Température et humeur - Tim Williams

En sortant de mon travail, j’avais trop chaud et je voulais rentrer à mon appartement pour me doucher, et me rafraîchir avec un grand verre d’eau bien froide. Lorsque j’ai une idée en tête, je suis assez persévérant, et je veux qu’elle se réalise. Je suis peu patient, parfois, et la chaleur ne m’aidait pas à rester calme. J’avais été sollicité par une femme qui me demandait si je connaissais une rue dans un quartier très éloigné du mien, je lui répondis très brièvement que je n’avais pas le temps à lui consacrer. Stressé par la semaine qui venait de s’achever, je sentais qu’il ne me fallait pas beaucoup pour devenir très désagréable. Je tentais de penser à des événements positifs qui m’étaient arrivés peu de temps avant ce jour-là. J’avais pris un nouveau départ, j’avais déménagé dans une ville que je ne connaissais pas, et j’avais trouvé la bonne méthode pour maigrir.

Malheureusement, je me mettais tant à fond dans mon emploi que je ne voyais pas les jours passer. Cela faisait trois mois que j’étais arrivé et je n’avais pas encore réussi à faire connaissance avec qui que ce soit. Je suis d’un naturel réservé et j’apprécie la solitude, cette situation ne me dérangeait donc pas tant que cela. Cependant, je reconnais que j’aurais aimé discuter avec des amis. Je me pressais dans la rue, parce que j’étais presque parvenu à mon immeuble. Je sentais la fin de mon supplice arriver. Mais, juste devant mon immeuble, un attroupement s’était formé. Je tentais de me faufiler à travers la foule de curieux, mais je ne parvenais pas à passer.

Finalement, je pus arriver au premier rang et je compris ce qu’il se passait : une jeune femme expliquait à un homme aux tempes grisonnantes qu’elle était une nouvelle habitante de l’immeuble et qu’elle n’avait pas le code de l’entrée. Sa voix était forte, et elle ne pouvait produire aucun papier qui justifiait son adresse. L’homme était buté. Je le connaissais, c’était mon voisin de palier. C’était une personnalité sympathique, mais il avait beaucoup de caractère. Il ne voulait pas que la jeune femme pénètre dans l’immeuble. Il attendait donc qu’elle parte pour pouvoir rentrer chez lui, car il lui avait dit qu’il craignait qu’elle en profite pour aller dans l’immeuble quand il y entrerait. J’avais reconnu la jeune femme et je m’approchais pour calmer monsieur Gagné. Je lui expliquais que j’avais déjà croisé la jeune femme, et qu’elle habitait bien ici.

 

The author:

author

Tim, le souriant : c’est ainsi qu’on le surnomme. Joyeux dans la vie comme sur le Web, ses textes ont souvent ce petit côté amusant et drôle qui nous donne envie de lire le prochain billet. Mais son blogue n’est pas uniquement amusant, Tim désire aussi bien informer son lectorat. Ses sujets de prédilection : les contenus scientifiques, l’esthétique et des tranches de vie pour couvrir des sujets variés. Lisez-le…et vous comprendrez!