• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Mes débuts en tant qu’écrivain

Mes débuts en tant qu’écrivain - Tim Williams

Cela faisait longtemps que je voulais aménager mon sous-sol. Je tenais absolument à devenir écrivain. Il me fallait un endroit où m’isoler de tous. Je demandais à un de mes voisins de venir me conseiller sur la façon la plus adéquate de pouvoir bénéficier de cet espace. Il m’expliquait que je ne devais absolument pas toucher aux murs porteurs, que je devais certainement refaire, presque tous les vasistas donnant sur le jardin, et que j’allais probablement être dans l’obligation de faire un drainage très prochainement, du fait d’une tache un peu trop visible sur le ciment du sol. En m’y prenant correctement, il me jurait que je pouvais espérer ne pas payer trop cher la note.

J’avais décidé de vendre ma voiture depuis un moment. Sans condamner la porte du garage, je faisais de celui-ci, une salle de sport. Je m’achetais un vélo elliptique et quelques autres appareils, sans oublier d’accrocher une petite télé au mur. Je déplaçais la buanderie, de sorte à faire qu’elle prenne tout le long du mur de l’autre côté du sous-sol, pour récupérer le plus espace possible face aux fenêtres. Une fois les murs bâtis, j’y plaçais des portes coulissantes, pour gagner encore plus la sensation d’espace. Je n’oubliais pas d’y installer des toilettes. Je recouvrais tous les murs de pierres reconstituées, que je faisais adhérer grâce à un ciment colle, pour me donner l’impression de travailler dans une grotte vide. Une table, une chaise, une lampe. Tout le reste était dans ma tête.

Je m’achetais un Mac deux jours plus tard. Le vendeur m’avait juré qu’il pouvait tenir huit heures sans être branché. C’était dorénavant le temps que je me donnais chaque jour pour l’écriture. Dès que je m’asseyais la première fois, je respirais profondément, et essayais de faire le silence dans ma tête, pour m’ouvrir à mon autre monde. De là, se lança plusieurs heures de tapotement sur le clavier sans relâche. Je ne me donnais comme droit de pause, que d’aller aux toilettes, ou de me faire un café. Je ne relisais mes écrits que le soir dans mon lit. C’est ainsi que je découvrais que mon écriture avait totalement changé. Elle était devenue plus froide, voire même austère. Je continuais ainsi pendant un mois. Un jour, je prenais mon Mac, et j’allais dans un parc. À l’ombre d’un arbre, je me mettais à réécrire jusqu’à ce que mon ordinateur s’éteigne. En me relisant le soir, cela semblait beaucoup plus joyeux. Décidément, il n’y aura jamais rien de mieux que la nature pour nous guider honorablement.

 

The author:

author

Tim, le souriant : c’est ainsi qu’on le surnomme. Joyeux dans la vie comme sur le Web, ses textes ont souvent ce petit côté amusant et drôle qui nous donne envie de lire le prochain billet. Mais son blogue n’est pas uniquement amusant, Tim désire aussi bien informer son lectorat. Ses sujets de prédilection : les contenus scientifiques, l’esthétique et des tranches de vie pour couvrir des sujets variés. Lisez-le…et vous comprendrez!